Rue Maghin 95, à Liège
Du mardi au samedi
de 10h à 18h

Accueil > Coups de coeur > Mori – Marie Colot et Noémie Marsily, paru chez...

Mori – Marie Colot et Noémie Marsily, paru chez...

Mori – Marie Colot et Noémie Marsily, paru chez CotCotCot éditions

Au cœur de la jungle de béton tokyoïte, la petite Mikiko vit seule avec sa maman depuis la disparition de son papa. Dans l’immeuble vit aussi Akira, un retraité qui passe son temps à planter des essences indigènes sur un terrain vague retourné à l’état sauvage. Mikiko éprouve le désir de se rapprocher de cet espace en transformation, soigné par le savoir-faire du vieil homme. On suit alors durant dix ans l’épanouissement de Mikiko en jeune fille, du terrain vague en microforêt et de la relation de défiance en amour qui unit Mikiko et Kakuzó, le neveu d’Akira.
Ce roman d’apprentissage d’une grande densité, traite avec retenue, clarté et profondeur, d’une émancipation individuelle, d’une relation amoureuse et des pratiques participatives et collectives de microforêts urbaines. L’écriture de Marie Colot tient, de bout en bout, l’enchevêtrement des trajectoires individuelles, interpersonnelles et collectives, avec maitrise et simplicité. En osant le japonais pour certaines expressions, traduites et contextualisées en notes de bas de page, le texte français prend des sonorités insoupçonnées, des mélanges réussis qui laissent une langue, celle de l’histoire, s’épanouir. Les illustrations de Noémie Marsily, encre noire et aquarelles, rendent toute la vigueur végétale, toute la puissance de ce qui pousse, de ce qui vit, et aussi toute la fragilité des politiques de revitalisation de sites urbains. La même force délicate sourd du texte et des images, mis en rapport admirablement par la mise en page alternant pleine page, doubles pages, ou séquences narratives, au service du sens, au grès des émotions, pour le plaisir du rythme. On notera l’appareil critique à destination des jeunes lecteur.ices : légère note introductive sur la nature du contenu, dossier d’explications en fin d’ouvrage, sur la méthode des microforêts de Akira Miyawaki, sur la langue, la cuisine et la culture japonaise.
On ne peut qu’admirer encore une fois le travail d’orchestration des éditions CotCotCot. Rien n’est laissé au hasard, sans la moindre rigidité. Le texte de Marie Colot, les images de Noméie Marsily, trouvent dans l’écrin du livre un espace favorable pour donner leur beauté, leur sens, leurs fruits. Mori, la forêt « primaire » en japonais, est un livre incontournable sur la prise de conscience écologique contemporaine, non culpabilisante, faite d’actions, de pensées et de vécus, collectifs et individuels. Un livre organique qui réanime la coexistence des humains et du vivant.

Portfolio