Deprecated: Implicit conversion from float 25.300900000000002 to int loses precision in /home/clients/f61b1c4abc049173e0b139414b87511f/sites/lagrandeourseliege.be/config/ecran_securite.php on line 591
Delphine Perret, une oeuvre au charme fou ! - La grande Ourse
Rue Maghin 95, à Liège
Du mardi au samedi
de 10h à 18h

Accueil > Coups de coeur > Delphine Perret, une oeuvre au charme fou !

Delphine Perret, une oeuvre au charme fou !

Delphine Perret, née en 1980, est diplômée de l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg, section illustration. Elle nous régale depuis de nombreuses années de ses histoires qui ont ce mélange unique d’humour et de tendresse. Ses dessins évoquent Sempé mais c’est à Shel Silverstein qu’elle fait référence quand on la questionne sur ses influences. Cela ne nous surprend pas qu’elle cite « l’arbre généreux » dans ses albums phare.

Son trait minimaliste sert toujours un discours plus politique qu’il n’y paraît. Dans un album comme « C’est un arbre » paru en 2019 au Rouergue ou dans la série des aventures de Bjorn, un ours philosophe à qui « il n’arrive jamais rien », qui paraît chez les fourmis rouges, et plus récemment en 2021 avec l’album « Le plus bel été du monde », la nature, ses paysages et celles et ceux qui les peuplent dialoguent de manière très subtile et cherche à créer une harmonie.

Un autre axe qui se dégage des albums de Delphine Perret, c’est son rapport aux changements. Dans « Vézovèle Tüpoleck », paru chez les fourmis rouges, le personnage principal se métamorphose au grès de ses aventures :

« Vézovèle habite dans l’espace. Il aime changer de forme. C’est comme ça. »

Le fait que cet album a paru juste à la sortie de la pandémie crée une étrange résonance : en effet, nous ne pouvons plus ignorer que l’adaptabilité et l’hybridation sont devenue des forces dont nous devons apprendre à nous emparer.

Dans l’éblouissant « Le plus bel été du monde », ce sont les paysages qui changent et se transforment jusqu’à ce qu’on arrive à destination dans la maison de famille, qui elle, ne change pas. Troublant contraste qui suscite une grande émotion chez le lecteur.

Son attrait pour les collections que l’on devine dans le magnifique livre « Les Ateliers de l’illustration et de la création » dans lequel elle va avec le photographe Éric Garault à la rencontre des artistes est un véritable inventaire des lieux uniques que se sont créés les artistes. Ce côté entomologiste se retrouve dans les collections de feuilles dans le plus bel été du monde, dans les dinosaures de Vézovèle Tüpoleck, dans le concept même de l’album « C’est un arbre » etc.

Delphine Perret construit depuis 2005 une œuvre aux multiples facettes : comment ne pas parler de sa délicatesse, de son humour (« Moi, le loup… intégrale de trois histoires à mourir de rire parue en 2017 chez Thierry Magnier), de la saine distance qu’elle instaure avec ses personnages, de la capacité qu’elle a à parler aussi bien à l’adulte qu’à l’enfant et aussi à faire remonter les souvenirs… Bref, c’est une œuvre au charme fou, et nous avons la très grande chance de pouvoir partager tout cela avec vous.

Portfolio