Rue Maghin 95, à Liège
Du mercredi au samedi
de 10h à 12h30 et de 13h à 18h

Accueil > Le blog > le 23 avril, tout le monde lit ?

le 23 avril, tout le monde lit ?

vendredi 23 avril 2021, par Claire

On en a un peu ras-le-bol des injonctions de tout poil, et aujourd’hui même si la cause est noble et que nous (moi quoi) croyons fermement que la Littérature peut sauver le monde (si si !), nous connaissons également les chiffres de l’illettrisme en Belgique (et en France).
Par ailleurs, nous souhaitons également partager une anecdote personnelle : nous avons un garçon de 7 ans et demi, et logiquement, l’année dernière il aurait dû apprendre à lire. Et nous étions persuadés qu’avec le bain de livre que nous lui faisons prendre depuis son plus jeune âge, nous étions évidemment persuadés que l’exercice serait facile pour lui ! D’ailleurs, depuis qu’il savait reconnaitre la lettre H à 2 ans à peine, et qu’il savait écrire le Y depuis ses 3 ans, nous pensions que ça serait clairement facile pour notre enfant (HP, forcément) .
Avouez qu’avec 3 mois de confinement et une maman qui se lance à ce moment-là dans la grande aventure de l’entreprenariat, un homme malade pendant 20 jours et un manque de talent pour la pédagogie, les conditions optimums qui étaient mises en place depuis sa naissance ont pris un coup dans l’aile. Et donc, en mai, B. ne savait pas encore lire. Pourtant j’avais fait venir une dizaine de petits romans "fait pour", je le faisais répéter ses syllabes tous les jours, mais non, rien n’y faisait : Blaise ne savait pas lire les petits romans "fait pour" à la fin de la première primaire. C’est pendant les grandes vacances (les leurs, hein !) que j’ai enfin ouvert les yeux. La librairie était enfin ouverte, les rayons étaient remplis d’albums, de romans et de BD. Et mon fils disparaissait de plus en plus souvent et s’enfermait dans sa chambre avec des BD. Et puis il ne venait pas le matin quand je l’appelais (oui en fait ça c’était déjà le cas avant :-) ), car il était plongé dans ses livres. SES livres. Ceux qu’il s’était choisis. Des BD donc, et des mangas. Et oui, il comprenait tout ce qu’il lisait. Et oui il lisait.
Donc ça c’est la première chose que je voulais partager : les injonctions à lire et les romans "fait pour" ça peut souvent avoir l’effet inverse.
Cette longue introduction pour en arriver à cela : nous prenions du plaisir depuis 6 ans et demi à lire tous les jours, tous les soirs des histoires à nos enfants, au début nous étions les seuls à les choisir, mais très vite ils ont développé leur goût, nous étions heureux et c’est le seul moment de la journée où il n’y avait jamais eu de conflit. Mais avec l’arrivée de B. en 1ère année des classes primaire nous lui avons dit : "voilà maintenant tu vas apprendre à lire SEUL", et je suis sûre qu’il a dû penser que la lecture plaisir du soir allait disparaître avec l’apprentissage de la lecture. Voilà ça c’est la deuxième chose que j’avais envie de partager : il nous a paru vraiment important de continuer à lire à B. même s’il savait lire seul et de le rassurer. Et nous avons découvert le plaisir de lui lire des romans absolument pas "fait pour" !
Alors le 23 avril, comme les autre jours, nous lirons parce que ça nous est essentiel, mais nous lirons aussi pour nos enfants qui ne savent pas lire ou qui apprennent à lire.